Suivi d'hospitalisation

Questions, propositions, discussions sur les hôpitaux
VOLLE
Messages : 27
Inscription : 30 janv. 2019, 18:34

Suivi d'hospitalisation

Message par VOLLE » 10 févr. 2019, 13:40

🙄🙄 HONTE 😪😪
"J’ai mal à ma santé, j’ai mal à mes valeurs, j’ai mal à mes convictions, j’ai mal à mes croyances….. Et j’ai HONTE de mon système de santé qui se dégrade.
Pompeusement comme toujours on crée un nouveau métier : «l’ infirmier coordinateur». Ah ça fait beau sur le papier l’infirmier coordinateur, ça a même de la gueule, du style. Mais comme le reste c’est du vent, c’est rien. Rien qu’un pauvre infirmier qui renvoie les gens chez eux parce que l’hôpital n’est plus apte à garder ses patients. La place,«cette putain de place» qui manque, ces «putains de lits supprimés» au nom de l’économie. C’était déjà ça de mon temps au CHU, mais là c’est pire. Alors comme toujours on dit : «maintenant on va créer des infirmiers coordinateurs et tout va bien aller» Et maintenant on va créer des assistants médicaux et tout va bien aller !!!
Mr Misère rentre chez lui, et l’hôpital a une place de libre . Super, youpi c’est la fête : Mission accomplie Mr Le Coordinateur.
Non, elle n’est pas accomplie ta mission parce que ce matin ma collègue a trouvé ce monsieur dans son fauteuil, parce qu’il ne peut plus marcher, parce qu’il a plus de force, parce que personne ne l’a mis au lit, le cancer des poumons est en train de gagner du terrain, l’oxygène à demeure ne suffit plus. Alors Mr Misère a trouvé une bouteille à coté de lui pour pisser dedans. Mais Mr Misère a soif, a faim. Mais Mr le Coordinateur n’a pas regardé dans le frigo si Mr Misère avait de quoi manger ce matin après 10 jours d’hospitalisation. Mr le Coordinateur a tout « géré » de son bureau, bien assis sur son cul. Dans cette maison, c’est la misère sociale, intellectuelle. Mr Le Coordinateur avez vous rencontré la famille, évalué l’environnement, le patient est il en sécurité chez lui ? A toutes ces questions, il m’a dit : « heu non ». Je lui ai dit « avez vous lu Zola, Monsieur ? Bien vous avez une idée de ce que vit ce patient. J’ai honte de votre travail, j’ai honte de l’hôpital, j’ai honte d’Agnès Buzyn. Voilà Monsieur, ce matin je suis en repos (après 2 jours à 11h de travail/jour) et je suis en train d’essayer de mettre en place des choses pour mon patient, pour sa sécurité, sa dignité tout simplement…. Pisser dans une bouteille, on en est là en France, pisser dans une bouteille parce que l’hôpital ne peut plus garder ses patients.
Agnès je t’en veux parce que tu t acharnes sur les infirmières, mais moi depuis 8h30, jour de repos, j’appelle les organismes, le médecin traitant (et je peux te dire qu’il est d’une aide énorme, immense et pourtant lui non plus n’a pas de temps!) Ma collègue, tu vois Agnès est partie acheter une baguette de pain pour que notre patient bouffe. Elle lui a fait un café !
Mais ****, tu ne la vois pas la misère toi dans ton bureau au milieu de tes dossiers, mais nous c’est tous les jours qu’on jongle avec la maladie, la mort, la vieillesse, la misère et tu oses encore maltraiter le personnel soignant…Honte à toi.
J’ai pourri le Coordinateur au téléphone ce matin parce que j’ai du caractère, du désarroi, de la douleur, de la honte, parce que trop, c’est trop. Et pourtant je suis certaine que lui aussi il dort mal, que lui aussi il n’ose plus croiser un miroir quand il doit mentir (faute de places) en disant aux infirmières libérales : « on vous revoie Mr Misère, mais il est en bon état, comme avant….» Mais avant c’était déjà pas ça. Alors maintenant...
J’ai discuté avec le médecin traitant, tu sais Agnès celui que tu veux aussi museler. Il me connaît depuis longtemps, et il connaît aussi par cœur son patient, la misère sociale et intellectuelle qui règne dans cette maison, dans cette famille. Il sait que j’ai souvent déplacé des montagnes parce que j’y crois à mon métier, à mes valeurs. Mais là ce matin, il m’a senti fragile, écœuré par ce système où un patient doit pisser dans une bouteille parce qu’on l a viré de l’hôpital sans savoir le après, le chez lui. Ce putain de devenir dont on nous bassinait pendant les études. Et ce médecin que tu dénigres Agnès, il a pris le temps malgré ses patients, sa charge de travail, pour me redonner un peu de cette flamme qui fait que nous soignant malgré cette maltraitance du gouvernement on continue à se lever, à travailler, à se battre. Il a pris le temps pour essayer de mettre en place des choses...que l’hôpital n’assume plus.
Agnès, ça faisait longtemps que je n’avais pas pleuré pour une prise en charge de ****. Mais ce matin Agnès, tu vois ma collègue a pleuré en sortant de chez notre patient parce que trop, c’est trop. Et moi quand elle me l’a raconté, j’ai pleuré parce que trop, c’est trop ..
Ah oui ne t’inquiète pas, tout ce que je fais ce matin ne coûtera rien à la SECU, je fais du bénévolat.
Parce que aujourd’hui c’est mon jour de repos et que ma collègue a trop de travail pour palier aux manquements de l’hôpital, alors je prends le relais.
La seule chose qui me console, même si je ne vais pas sauver le monde, c’est que moi les miroirs ne me font pas peur ! Je n’ai pas vendu mon âme au diable. A bon entendeur, salut…. Salut Agnès !
#honte.
#misère
#systemedesante
#desepoir
#grandesespoir"

sonjaline
Messages : 18
Inscription : 08 mars 2019, 08:56

Re: Suivi d'hospitalisation

Message par sonjaline » 08 mars 2019, 10:57

tout à fait d'accord avec vous...

Répondre