Économie générale

Questions d'économie (smic, minima sociaux, banques, dette de la France, dépense publique, pouvoir d'achat, impôts et taxes)
Sophie sourzac
Messages : 4
Inscription : 02 Fév 2019, 17:42

Économie générale

Message par Sophie sourzac » 02 Fév 2019, 18:12

En France évidemment que nous payons beaucoup d impôts mais nous avons un service de santé et public exemplaire Le problème c est la répartition qui cloche ...
D une part nous avons des assemblées qui coûtent très chères ....il faut supprimer le sénat qui coûte cher , économie de salaires et supprimer ts les avantages que possèdent les sénateurs , les députés après leurs élections , de même pour les présidents , les ministres à l identique des salariés qui lorsqu ils partent d une entreprise ils n en gardent pas les avantages ....garder l Assemblée nationale

Que les entreprises qui travaillent en France ( qui emploient , font du chiffres d affaires et par conséquent de la marge ) contribuent et y payer un impôt peut être minoré pour que la France reste attractive à l emploi mais qu ils en paient un ( Randstad ...amazone ...mc Donald )

Supprimer dans les impôts habitation et foncière le fait qu on paie deux pour les agglomérations , le département , la commune qu on paie qu une seule et unique fois , dégraisser les services publics en salariés trop absents , aligner les conditions du service public et privé en terme de ressources humaines plus de carence maladie chez les uns et pas chez les autres , donner des primes de résultats et de mérite aux salariés du public afin de les motiver

Que l état limite les spéculations bancaires que le président reprenne la main sur le financier

Popole
Messages : 1
Inscription : 12 Fév 2019, 17:41

Re: Économie générale

Message par Popole » 12 Fév 2019, 18:09

Nous avons tous un numéro d’immatriculation à la sécurité sociale. Pourquoi ne pas l’utiliser pour n’avoir qu'un seul dossier dans lequel toutes les aides y seraient inscrites, dans lequel îl serait’impossible d’obtenir des aides qui ont le même but. Cela éviterait sans doute cette perte d’argent distribué sans réel contrôle. Dans le même ordre d’idée, tous ces parents qui se disent isolés qui touchent pour cette situation mais qui en réalité sont en couple. Et puis vous avez ceux qui ne réclament que leur dû et qui du coup ne peuvent pas vivre décemment. Certes les contrôles coûteraient mais au final ça créerait de l’emploi payé par la récupération des sommes indûment perçues.

JPB21600
Messages : 2
Inscription : 13 Fév 2019, 22:40

Re: Économie générale

Message par JPB21600 » 13 Fév 2019, 23:04

Pour stimuler l'emploi et la compétitivité de nos entreprises, qui sont pénalisées par les prélèvements sociaux sur le travail, il serait possible de reporter ces prélèvements sur la consommation en augmentant la TVA de 1 ou 2 points, tout en abaissant les charges sociales prélevées sur les salaires (à partager entre cotisations patronales et salariales). En faisant ainsi, on pénalise les produits importés en leur faisant supporter une partie des dépenses sociales, sans baisser le pouvoir d'achat des salariés qui paieront moins de charges sur leur salaire, et sans pénaliser les entreprise françaises qui devraient voir leur prix de revient diminuer et ainsi redevenir plus compétitifs comparativement aux produits importés. C'est un moyen facile et gratuit pour l'état pour favoriser le développement des entreprises et donc de l'emploi en France. Par ailleurs, en taxant la consommation, ce sont les gens les plus aisés qui contribueront le plus au paiement de l'impôt.
Quant à l'ISF: un simple constat: on a vu beaucoup de gens aisés fuir à l'étranger pour éviter l'ISF; on n'a pas vu beaucoup de personnes peu riches émigrer vers le Vénézuela pour profiter d'un régime mélenchonien. On n'est donc pas si mal en France! Et on est bien content d'avoir des gens qui paient des impôts pour que ceux qu n'en paient pas bénéficient des aides sociales. Et si on arrêtait de cracher dans la soupe!

MichelJ
Messages : 11
Inscription : 12 Fév 2019, 18:33

Re: Économie générale

Message par MichelJ » 14 Fév 2019, 17:21

Popole a écrit :
12 Fév 2019, 18:09
Nous avons tous un numéro d’immatriculation à la sécurité sociale. Pourquoi ne pas l’utiliser pour n’avoir qu'un seul dossier dans lequel toutes les aides y seraient inscrites, dans lequel îl serait’impossible d’obtenir des aides qui ont le même but. Cela éviterait sans doute cette perte d’argent distribué sans réel contrôle. Dans le même ordre d’idée, tous ces parents qui se disent isolés qui touchent pour cette situation mais qui en réalité sont en couple. Et puis vous avez ceux qui ne réclament que leur dû et qui du coup ne peuvent pas vivre décemment. Certes les contrôles coûteraient mais au final ça créerait de l’emploi payé par la récupération des sommes indûment perçues.
--> les contrôles coûteraient cher ? Et imaginez aussi la gestion des changements de situation .. Vous voulez contrôler les aides des particuliers alors que le gaspillage relatif à ces aides est négligeable face au gaspillage des aides d'entreprises et aux crimes en col blanc --> concentrons-nous sur les PLUS gros crimes plutôt que de chasser les petits

MichelJ
Messages : 11
Inscription : 12 Fév 2019, 18:33

Re: Économie générale

Message par MichelJ » 14 Fév 2019, 17:22

JPB21600 a écrit :
13 Fév 2019, 23:04
Pour stimuler l'emploi et la compétitivité de nos entreprises, qui sont pénalisées par les prélèvements sociaux sur le travail, il serait possible de reporter ces prélèvements sur la consommation en augmentant la TVA de 1 ou 2 points, tout en abaissant les charges sociales prélevées sur les salaires (à partager entre cotisations patronales et salariales). En faisant ainsi, on pénalise les produits importés en leur faisant supporter une partie des dépenses sociales, sans baisser le pouvoir d'achat des salariés qui paieront moins de charges sur leur salaire, et sans pénaliser les entreprise françaises qui devraient voir leur prix de revient diminuer et ainsi redevenir plus compétitifs comparativement aux produits importés. C'est un moyen facile et gratuit pour l'état pour favoriser le développement des entreprises et donc de l'emploi en France. Par ailleurs, en taxant la consommation, ce sont les gens les plus aisés qui contribueront le plus au paiement de l'impôt.
Quant à l'ISF: un simple constat: on a vu beaucoup de gens aisés fuir à l'étranger pour éviter l'ISF; on n'a pas vu beaucoup de personnes peu riches émigrer vers le Vénézuela pour profiter d'un régime mélenchonien. On n'est donc pas si mal en France! Et on est bien content d'avoir des gens qui paient des impôts pour que ceux qu n'en paient pas bénéficient des aides sociales. Et si on arrêtait de cracher dans la soupe!
Et les prix augmenteraient alors que déjà la consommation est faiblarde.. Super solution en effet

AL1
Messages : 2
Inscription : 19 Fév 2019, 15:08

Re: Économie générale

Message par AL1 » 19 Fév 2019, 15:39

Faire peser le coût de la protection sociale sur les salaires versés par les employeurs me paraît une aberration. Cet usage provient sans-doute de la façon dont l’assurance sociale a été établie dans le passé : pour y avoir droit, il faut travailler ! Aujourd'hui, tout le monde (et c’est très bien) est protégé.
Des mesures ont été prises pour atténuer les effets de cet alourdissement du coût du travail : la CSG d’abord et depuis peu le CICE.
Il faut aller plus loin et supprimer totalement les charges sociales patronales correspondant à la santé et à la famille. Ceci implique, bien-sûr, de compenser par l’impôt l’allègement de ces charges ; on pourrait, par exemple, demander aux entreprises une sorte de CSG patronale, dépendant de leur chiffre d’affaires, et assortie éventuellement de conditions liées à leur bilan social (loi de 1977 complétées par les lois « Auroux » de 1982), ou à leur respect de normes environnementales.
Avantages de cette solution :
- La protection sociale, sujet, Ô combien, du domaine régalien, redevient l’affaire de l’Etat ; la gestion paritaire de la sécurité sociale, avec son cortège de complications de toutes sortes dues à la multiplicité des intervenants, relève donc des décisions des élus, plutôt que de celles des syndicats !
- Pour les entreprises, le coût du travail n’est plus alourdi par les charges sociales ; leur compétitivité s’en trouve améliorée.
- C'est favorable à l'emploi : Un patron aura moins tendance à arbitrer en défaveur de l'emploi.

Répondre