Salaire d'un parent au foyer

Questions, propositions et débats sur les minima sociaux
Henry
Messages : 2
Inscription : 08 Mars 2019, 17:01

Salaire d'un parent au foyer

Message par Henry » 08 Mars 2019, 17:23

I) Objectifs:
Valoriser l'éducation et la protection des enfants et la contractualiser comme activité socialement utile et productive en période de chômage contraint - Moderniser la politique de la famille pour limiter les effets pervers de l'éclatement et de la recomposition des foyers (notamment pour les mères ou pères isolés, séparés, veufs, divorcés, parent adoptif en PMA...).Cette mesure pourrait faire suite au droit au congé parental.

II) Pourquoi un salaire de la mère ou du père au foyer ?
1) L’instauration d’un « salaire » de la mère ou du père au foyer, serait une nouvelle façon de reconnaître, de formaliser, et de contractualiser, les droits spécifiques de l’enfant à l’éducation, et le devoir des parents, en permettant à l’un de ces derniers, librement et au choix, de se consacrer volontairement et pleinement à cette charge qui pourrait ainsi être indemnisée par l’Etat.
2) Toute peine méritant un salaire, les personnes concernées, y compris au sein de foyers issus de mariage ou de parenté « pour tous » (dont les LGBT, les parents adoptifs, les PMA) ou de famille recomposée, ne seraient donc plus considérées négativement comme des chômeurs potentiels assistés et habilités à s’inscrire à pôle Emploi, par dépit ou par obligation morale ou juridique, mais au contraire comme des actifs utiles et « productifs » pour assurer l’équilibre et la stabilité sociale. De même, cette mesure pourrait utilement compléter et prolonger, le cas échéant, le droit au « congé parental ».
3) Cette mesure élargirait la notion « d’emploi » et de « travail » en terme « d’activité » en prenant en compte les nouvelles données et évolutions du marché du travail et des mœurs.
Ainsi être parent et assurer la protection, l’éducation, et l’autonomie des enfants, deviendrait, sous certaines conditions, une activité socialement et juridiquement reconnue utile et valorisée, et possiblement rémunérée par accord tacite entre conjoints ou, à défaut, par l’un des parents contraint d’en assurer la « charge ». Cette mesure serait ainsi un nouveau pas, plus adapté et plus souple, au regard des nouvelles données de la parenté, de la natalité, et des enjeux politiques de la famille. En outre, après la création récente d’un service national civique obligatoire, elle pourrait constituer un préalable non négligeable d’éducation civique et d’insertion sociale.
4) Les enfants issus de famille fragmentées sont plus exposés que par le passé à un environnement socio-culturel preignant et déstabilisant,au risque pour les familles de perte de repères, d’autorité, et de repli communautaire (Cf. quartiers en difficultés…)….
La mesure préconisée pourrait permettre de valoriser le travail en élargissant le spectre de l’emploi à la sphère d’activité éducative et familiale, et en instaurant un meilleur équilibre entre le « monde du travail » en pleine mutation, et la nécessité d’assurer pleinement la protection, l’éducation, et l’insertion, des enfants au sein de familles de plus en plus diversifiées, complexes, éclatées, et démunies.
Il s’agit d’une mesure pragmatique, facultative, et personnalisée.

III) Comment et par qui ?
1) Cette mesure facultative, sollicitée expressément et librement auprès de la CAF, ouverte à tous les parents, avec, le cas échéant, l’accord du conjoint ou concubin pacsé, pourrait être accordée par contrat à durée déterminée d’une à deux années, et renouvelable, dans des conditions de ressources du foyer (plafond exigé ?), de nombre, d’âge, et d’autonomie des enfants, restant à déterminer juridiquement, en lieu et place notamment du RSA, des allocations logement, des allocations familiales et diverses aides sociales à la famille.
2) Afin d’assurer un revenu et un statut différent du RSA, le montant de ce salaire pourrait être équitablement équivalent au SMIC et ouvrir des droits à la retraite, ce qui pourrait faciliter le parcours personnel et professionnel d’insertion des parents, notamment des parents isolés.
3) Une charte pourrait lister un certain nombre de droits et de devoirs afférents à cette mesure dont la prise en compte et l’évaluation pourrait être par exemple réalisée dans le cadre du suivi scolaire des enfants et des adolescents, ainsi que dans les relations avec les services sociaux en cas de nécessité ou de difficultés rencontrées dans le cadre de leur parcours.

Vega
Messages : 1
Inscription : 14 Mars 2019, 21:25

Re: Salaire d'un parent au foyer

Message par Vega » 14 Mars 2019, 21:36

J'ai élevé seule mes deux enfants,certe avec une pension de leur père.
J'aimerais que nos élus étudient l'idée que les personnes seules comme moi qui ont élevés seule leur enfant puissent au minima être exonéré d'impôt locaux quelques soient les revenus.
Vivre seule comme une célibataire, divorcée... fait que nous sommes seules à financer notre habitat..un seul salaire doit permettre de se loger, s'éclairer, se loger... aucune aide,ni aucune subvention 😥..
Bref mon cas est très très fréquent et j'aimerais juste pouvoir avoir un bénéfice sur ma déclaration d'impôts,une exonération ? Des parts en fonction du nombre d'enfants... que j'ai élevé seule.. plus de taxe d'habitation...bref quelques idées pour aider les Femmes Seules qui comme moi 🙄 ont Travaillées et qui Travaillent encore et qui aimeraient avoir une petite reconnaissance.
Merci de m'avoir lu.😊

Répondre