Evolution de carrière dans le monde de l'aide à domicile

Ce forum regroupe tous les sujets qui ne seraient pas abordés dans les autres forums et sous-forums. SI un sujet apparaît ici intéressant, un forum ou sous-forum spécifique sera créé. Vous pouvez aussi parler ici de l'actualité de la protestation sociale
PRIMOIS Bernard
Messages : 1
Inscription : 13 Mars 2019, 21:33

Evolution de carrière dans le monde de l'aide à domicile

Message par PRIMOIS Bernard » 13 Mars 2019, 21:37

Bonjour ;
Le sujet dont je parle n’est pas pour me valoriser ou gagner un peu plus « je suis à l’aube de ma retraite : 60ans dans l’année », mais de réagir pour des centaines de milliers employés travaillant dans la branche Aide à domicile dont je fais parti
Au jour où l’on souhaite « le Peuple, les élus, les salariés, les retraités, les gilets jaunes….et j’en oublie » valoriser le travail et ces employés du quotidien, je viens d’être confronté à une situation assez cocasse je crois. Je souhaiterai qu’il s’en parle car je juge que ce n’est pas tout à fait normal.
Pour comprendre : En ce qui concerne tous les acteurs de la Branche aide à domicile.
Je suis employé depuis 14 ans par une association locale, chapeauté par une fédération qui applique la règle.
Mon association décide de me changer de catégorie « de passer à la catégorie supérieure » après 14 ans de loyaux services. Je m’aperçois que mon franchissement d’échelon me fait gagner 0,065cts de l’heure et de plus que dans la grille de ma nouvelle catégorie de 14ans je descends à 2 ans d’ancienneté.
Voilà le déclencheur de mon courrier
Pour planter le décor, Je suis syndiqué à la CFDT de l’Aveyron en qui je fais confiance à ce jour.
Suite à ma mésaventure, je me suis mis à lire notre convention collective de la branche de l’aide, de l’accompagnement, des soins et des services à domicile (BAD) ou la majorité des syndicats ont approuvés cette convention.
Effectivement toute personne qui franchit une étape dans sa carrière se voit descendre dans sa grille d’ancienneté selon un barème discuté autour d’une table employeurs syndicats etc. Aujourd’hui on demande aux salariés de se former de plus en plus ou je trouve ça bien. « Mais le salaire ne fait pas plus. »
« Ou est la motivation, »
De plus en lisant plus en profondeur cette fameuse convention approuvée par nos syndicats « je répète », je m’aperçois avec stupeur, que pour une personne de base qui rentre dans notre corporation, la valeur du point est de 5,38€ et le coefficient de base catégorie « A »est de 255point la 1ère année. Sur une base de 151,67heures, le salaire n’est pas directement au SMIC. Exemple : 5,38X255/151,67 = 9.045. Bien sur chaque entreprise réactualise sur la base du SMIC (10,03). A quoi sert la convention pour le salaire
Exemple une personne en catégorie A doit attendre 18 ans environ pour être à 10,03€ sur les tableaux de la convention collective et de plus, l’employé qui gagne quelques centimes de plus que le SMIC ne suit pas l’évolution des augmentations SMIC il reste sur son coefficient. « Encore une fois, ou est la motivation, »
Ces procédés sont il normal sur une convention collective faite pour cadrer juste, la vie salariale ?
Aujourd’hui tout le monde cherche des moyens concrets pour revaloriser une corporation comme l’Aide à domicile ou d’autres métiers médicaux sociaux.
Pourquoi nos employeurs, nos syndicats quelque soit leur étiquette n’ont pas travaillé sur une meilleure image de ce métier et par la revalorisation du salaire. Aujourd’hui le recrutement devient de plus en plus dur car les propositions faites sur le marché du travail n’apportent que de la précarité et du dégoût de ce métier.
Aujourd’hui, il faut se bouger car demain il y aura de grande difficulté d’assumer cette tache qui est le maintien à domicile. Je rappelle que ce métier est dur, que les familles restent de plus en plus chez elle par faute de moyen, que les suppressions de lits dans les EPADs sont de plus en plus fréquent.
Bougeons nous pour que demain un métier du « le plus près de chez vous » ne devienne pas un refuge d’employés en situation de précarité ou l’on accepte tout et rien.
Merci de m’avoir lu,
Je ne suis plus en colère, mais je suis dans un dégoût profond.
Ce que je souhaite ce n’est pas de faire la révolution mais que chacun ouvre son bon sens à une corporation qui tous les matins se lève pour aller faire du bien au autres, tout en oubliant la dureté de son quotidien.
Secrétaire administration depuis 14 ans à l’Association ADMR de Laguiole- Aubrac à 10€78 de l’heure
Bernard PRIMOIS
Le Verdier 15110 LIEUTADES
06 80 11 50 62 – bernard.primois@orange.fr

Répondre